Filter by

Any questions?

contact@bs2bo.com

This week hand-picked selection

Browse by Theme

+ More themes

How it
works?

  • Stay connected all year to the literary world
     
  • Receive every week our selection of adaptable titles that will be published
     
  • Ask complete reading reports and manuscripts
     
  • Be introduced by BS2BO to audiovisual rights holder
     
  • Find your next story in the database of more than 8,000 titles
     

See Membership & Pricing

Available languages:

LA FEMME AUX PIEDS NUS

Scholastique Mukasonga

  • Original Title: LA FEMME AUX PIEDS NUS
  • Publication date: February 2008
  • Publisher: GALLIMARD
  • Country: RW
  • 160 print pages
  • Factual/Memoirs

Information

  • Epoch: Historical
  • Time Period: 20th century
  • Location setting: Rwanda
  • Themes: FAMILY, Maternity, Filiation, PEOPLE facing life, Looking back on one's life, SOCIETY DYSFUNCTIONS, Racism, Discriminations, War and other conflicts, CHARACTERS, Strong Female Character, Death, Violence, SOCIAL CHRONICLES, Commitment

Pitch

L’auteure, en rendant hommage à sa mère, qui a tout fait pour protéger ses enfants du génocide, nous invite à découvrir la vie quotidienne d’une famille tutsi, au Rwanda, avant les massacres.

Comments

Sélectionné pour le National Book Award 2019, dans la catégorie Littérature traduite
Prix Seligman contre le racisme

Scholastique Mukasonga (née en 1956) est une auteure rwandaise. Elle s'est établie en France en 1992. En 1994, année du génocide des Tutsi, elle apprend que 37 membres de sa famille ont été massacrés, dont sa mère Stefania. Douze ans plus tard, INYENZI OU LES CAFARDS, récit autobiographique, est publié par Gallimard et marque l’entrée de Scholastique Mukasonga dans la littérature. L’IGUIFOU (2010) a reçu le prix Renaissance de la Nouvelles et le Prix de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer. NOTRE-DAME DU NIL a reçu le prix Ahamadou Kourouma 2012 à Genève et le prix Renaudot 2012

Summary

« Quand je mourrai, quand vous me verrez morte, il faudra recouvrir mon corps. Personne ne doit voir, il ne faut pas laisser voir le corps d’une mère. C’est vous mes filles qui devez le recouvrir, c’est à vous seules que cela revient… »



Scholastique Mukasonga n’a pas pu recouvrir le corps de sa mère, ses restes ont disparus. On l’a froidement assassinée, démembrée à coup de machettes en avril 1994, lors du génocide des Tutsis au Rwanda. En faisant revivre ses secrets, elle nous livre ici le témoignage touchant de La femme aux pieds nus, Stefania, cette femme courageuse dont la mission première fut de protéger ses enfants. Sachant que le seul asile était de franchir la frontière du Burundi, elle élaborait pour eux des plans d’évasion, des cachettes où se dissimuler, explorant chaque jour le chemin de brousse menant à la frontière. Quelques provisions étaient soigneusement préparées pour la fuite, lorsqu’il serait temps de partir et que la menace serait si grande qu’ils n’auraient pas même le temps de se dire adieu. Car ils partiraient seuls, ses parents ayant choisi de mourir au Rwanda, sur la terre de leur enfance.

go further

  • Author’s biography

    Rwandaise, née en 1956, Scholastique Mukasonga connaît dès l’enfance la violence et les humiliations des conflits ethniques qui agitent le Rwanda. En 1960, sa famille est déplacée dans une région insalubre du Rwanda, Nyamata au Bugesera. En 1973, elle est chassée de l’école d’assistante sociale de Butare et doit s’exiler au Burundi. Elle s’établit en France en 1992. En 1994, année du génocide des Tutsi, elle apprend que 37 membres de sa famille ont été massacrés, dont sa mère Stefania. Douze ans plus tard, INYENZI OU LES CAFARDS, récit autobiographique, est publié par Gallimard et marque l’entrée de Scholastique Mukasonga dans la littérature qui, pour elle, s’apparente au territoire de la mémoire.
    LA FEMME AUX PIEDS NUS (2008) a reçu le prix Seligman contre le racisme. L’IGUIFOU (2010) a reçu le prix Renaissance de la Nouvelles et le Prix de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer. NOTRE-DAME DU NIL a reçu le prix Ahamadou Kourouma 2012 à Genève et le prix Renaudot 2012.